L’Islande coule des corbeaux

L’Islande coule des corbeaux qui la découvrirent

Encre noire qui dessine la neige

Liberté ailée sifflée sur la lande bleue

Plumes éparpillées sur les plateaux

Tapis d’ombre des trolls souterrains

L’Islande sombre des laves originelles

Brûlantes de brusqueries empourprées

Envoûtantes voix verticales

Soufflées sous un ciel sibyllin

Symphonie aphone de folie

L’Islande se fige des froids fulgurants

Doigts décapant les dessins du vent

Les roches enracinées, déracinées par les glaciers

Les cailloux coulent éclatent catapultent

Sous la carapace écrasante des glaces grises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s